Une nouvelle fois, comme les années précédentes, nous avons renouvelé l’homologation  Imprim Vert  chez Puntes, une certification avec laquelle nous confirmons à nos clients que l’ensemble de notre processus, de la conception à la fabrication de clichés d’impression flexographiques, est respectueux de l’environnement.

Imprim Vert nous aide à continuer à renforcer les mesures qui optimisent la gestion de l’énergie et à maintenir les meilleures conditions de gestion des déchets, mais c’est avant tout un outil de communication et de sensibilisation auprès de nos collaborateurs et clients.

Nous croyons en l’importance de continuer à informer et à sensibiliser la société sur l’importance de nos habitudes et coutumes. Grâce à de petites actions, nous pourrons modifier nos habitudes et automatiser des comportements plus durables.

Avoir la bonne information nous mènera à des solutions vraiment efficaces. Nous laisser conduire par des informations pas très réelles peut nous conduire à des actions individuelles sans bénéfice pour l’environnement et a des conclusions erronées.

Nous avons sûrement tous vu une campagne publicitaire qui diabolise le plastique et fait de ce matériel fondamental, un problème. Mais le vrai problème réside dans son utilisation abusive et c’est précisément là que nous devons agir de manière responsable.

Le remplacement du plastique par un autre matériel nous conduirait à consommer deux fois plus d’énergie, à quadrupler le coût des matières premières et à tripler nos émissions. De plus, cela ne résoudrait le problème des déchets générés.

Greenpeace a développé un rapport intitulé  Jeter l’avenir  où il nous mettait en garde contre les solutions rapides et inefficaces de certaines enseignes et supermarchés.

Par exemple, la substitution des sacs en plastique par de sacs en papier, cela signifierait déplacer le problème vers un autre endroit le passer, par exemple, à la déforestation.

Écrans, masques, respirateurs… ont été des objets en plastique et ont été d’une importance vitale lors de la pandémie du Covid-19. Nous devons considérer le plastique en soi comme une ressource et non directement comme un déchet.

Le plastique est très visible dans l’eau: cependant, 70% des déchets marins proviennent de la terre ferme, c’est donc notre responsabilité qu’ils n’atteignent pas les mers et les océans.

La pollution par les plastiques est un problème en cours de révision à l’échelle mondiale, la Commission européenne a élaboré d’ici 2030 un plan d’amélioration avec lequel tous les emballages doivent être recyclables ou réutilisables à cette date. Ce nouveau modèle d’économie circulaire est basé sur l’efficience et l’efficacité des matériaux et de l’énergie et expose des propositions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et réduire la dépendance aux matières fossiles.

En 2017, l’industrie européenne des plastiques a contribué à hauteur de 32,5 milliards d’euros. Plus de 60 000 entreprises et plus de 1,5 million de personnes y travaillent directement. Un secteur avec un poids important pour mettre en œuvre des mesures préjudiciables pour l’environnement et aussi détruire une industrie d’une telle importance.

De nombreuses entreprises développent des initiatives conformes aux exigences fixées par l’UE en améliorant la recyclabilité des emballages sans compromettre la durée de vie des produits.

Dans les emballages souples, l’utilisation de mono-matériaux ou de matériaux mixtes du même type est l’option idéale pour le recyclage. Cependant, l’emballage nécessite parfois la composition de différents plastiques pour répondre aux exigences techniques et de conservation des aliments. Dans ce domaine également, il existe de nouveaux développements dans lesquels l’aluminium peut être récupéré des emballages en utilisant une technologie connue sous le nom de pyrolyse induite par micro-ondes. L’énergie des micro-ondes est transférée aux déchets par conduction thermique du carbone, fournissant un mécanisme de transfert d’énergie et un environnement hautement réducteur chimique. Il est ainsi possible de récupérer 100% de l’aluminium et de l’utiliser comme matière première pour d’autres procédés.

Il est nécessaire d’effectuer d’abord une analyse du produit à emballer et ensuite d’appliquer les stratégies d’éco-conception. Cela implique de prendre en compte les variables de recyclabilité, de réutilisation ou d’efficacité de transport.

Avec de petites mesures, vous pouvez obtenir des résultats d’un grand impact: Un exemple à cela est le changement qui est fait avec les bouchons verts des bouteilles de lait. Cette couleur est un problème pour le processus de recyclage car elle finit par se tacher et affecte la qualité des pastilles de plastique recyclées. Réduire l’intensité de cette couleur ou la changer directement en une autre couleur permet à ce matériel d’être recyclé plus économiquement et plus efficacement.

Nous devons être conscients que nous devons tous être impliqués dans ces solutions et pour le secteur de l’emballage, c’est un grand défi et une opportunité de convertir les déchets en ressources.